L’art de remplacer la pub

Elle s’immisce dans l’espace urbain et fait désormais partie de notre quotidien. Historiquement, la première affiche a vu le jour lors de la Révolution française : elle avait pour vocation de diffuser massivement certains textes révolutionnaires. Depuis, nos rues sont inondées de pub et se phénomène tend à s’accroître considérablement.

Généralement mal perçues à cause de leur côté indésirable, les affiches publicitaires ne mettent pas souvent en valeur nos villes… et ce malgré l’esthétique soignée de certaines. De plus, elles nécessitent l’occupation de certains emplacements d’affichage public qui pourraient être utilisés à des fins sociales et culturelles. C’est en ce sens que la start-up Ôboem entreprend le pari fou de remplacer la pub par l’art.

C’est au cours d’un voyage en Amérique Latine qu’Olivier Moss et sa petite amie Marie Toni, tous deux amateurs de culture, ont eu le déclic qui allait changer leur vie. Marqués par la beauté qui émane de Valparaiso (ville portuaire au Chili), ils vont découvrir les bienfaits d’un paysage dénué d’agressions visuelles. Là-bas, les rues sont très vives et colorées.

« Le street-art est très présent, les murs sont couverts non pas de publicités mais de fresques ! Un quartier entier est un musée à ciel ouvert »

© Choosing Figs

De retour en France, difficile de ne pas être sensible au contraste de nos rues grisâtres et monotones. Leur volonté ? Réussir à démocratiser l’art en le rendant accessible. Ils estiment que les portes des galeries restent difficiles à franchir pour un trop grand nombre de français. Ils considèrent aussi que la pression publicitaire que nous subissons au quotidien est trop élevée. Pour mener à bien leur projet, le couple décide de se tourner vers le financement participatif afin de récolter les fonds nécessaires à l’achat d’espaces publicitaires.

Un projet culturel ambitieux

Le principe est le suivant : en achetant une reproduction d’oeuvre proposée sur Ôboem, chaque internaute peut devenir mécène et aider un artiste à exposer. Les donateurs deviennent également acteur en choisissant quels visuels égayeront nos rues. Sur leur site, le choix et les prix sont variés. Les internautes peuvent choisir entre un format carte postale à 10€, une affiche classique à 30€, un tirage sur toile à 100€…

La moitié des recette engendrées permettront l’achat des espaces pub. Bien au-delà d’un simple achat, c’est une manière solidaire de consommer l’art. À terme, l’objectif est de développer ce type d’action simultanément dans différentes villes.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*